:: Au coeur de Londres :: Quartier Sud Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Would you be my savior ?
avatar
Avatar : Aloïs Trancy
Age du Personnage : 14 ans
Race : Humain
Messages : 18
Date d'inscription : 08/11/2018
Ven 9 Nov - 11:30
Voir le profil de l'utilisateur
ft. Othello
Notice me.
L’ennui, l’ennui, l’ennui. Aloïs avait tout essayé ce matin, que ce soit tranquillement se promener, ou bien se défouler sur cette stupide servante qui faisait tout le temps les yeux de chien battu, rien n’y faisait. Il avait aussi fait le tour du manoir, essayant de trouver quelconque animation ou défaut pour appeler ses serviteurs et voir qui arriverait le plus vite, et il n’en fut pas étonnant que ce soit Claude qui arriva le premier. D’abord très enjoué de le voir débarquer aussi vite, le jeune Comte fit basse mine quand il remarqua qu’après la tâche accomplie, son majordome retournait à ses affaires presque sans lui jeter un regard. C’était assez délicat tout de même de refaire toute cette roseraie, aussi délicat que d’en arracher une, sentir son odeur et violemment la jeter au sol pour l’écraser. Elle n’avait aucune odeur, aucune. De plus, celle-ci l’avait coupé, il n’avait pas fait attention aux épines, qui s’étaient sûrement vengées du traitement infligé. Aloïs regarder la petite tâche de sang grossir et finir par couler le long de son doigt, sans aucune once d’émotion particulière dans le regard.

De nouveau rentré et allongé sur son lit, face contre draps, il observait ce doigt que Claude lui avait soigné après s’être plaint, mais le démon ne semblait pas non plus en tirer quelconque attention, comme si il retirait de la boue sur ses chaussures, comme si il avait été de la misérable boue. Les sourcils se fronçant, il jeta son oreiller à travers la pièce, se redressant légèrement pour pouvoir apercevoir l’étendue de l’extérieur à travers les carreaux impeccables. Ne réfléchissant pas plus longtemps, il eût une idée qui lui vint à l’esprit : Si Claude ne réagissait pas quand il venait le voir et se plaindre, alors c’est lui qui viendra se plaindre, car il partira d’ici, dans Londres.

En essayant de ne pas se faire remarquer, il quitta le Manoir, l’air serein et satisfait de son idée. Ayant ordonné à une voiture plus loin de se diriger vers le Quartier sud de Londres, il était tout excité à l’idée que Claude le chercherait partout, et qu’il serait peut-être même inquiet de l’avoir perdu de vue. Descendant non loin du London Bridge, il longea pendant un moment la Tamise. Cependant, Aloïs avait oublié que la solitude le rattraperait aussi vite qu’elle l’avait quitté, et que l’idée que Claude vienne le chercher, le temps qu’il arrive, ne suffirait pas à calmer cette panique qui montait en lui graduellement, comme prenant le temps de le dévorer de l’intérieur. Bousculant plusieurs personnes au passage dans sa course sans s’excuser, il se dirigea précipitamment dans une ruelle bien éclairée. La pensant vide, il s’appuya contre un mur, haletant à cause de cette angoisse qui l’étouffait aussi sadiquement qu’il pouvait l’être.

Par contre, Aloïs ne s’était pas attendu à ce qu’il y ait quelqu’un d’autre ici, entendant un peu de bruit non loin. Il savait qu’au moindre danger il aurait seulement à appeler Claude, ce n’était pas un problème, mais il ne voulait pas lui faire se plaisir. Et la solitude l’empêchait de penser clairement, ce qui l’amena à s’approcher de cet inconnu en veste médicale. Un médecin ? Si il pouvait combler sa solitude, ne serait-ce qu’un peu, lui porter le minimum d’attention, lui parler, alors il prendrait ce qu’il venait à lui, dans le désespoir et la panique qui revenait rapidement le hanter. S’approchant d’autant plus, il s’agrippa à lui, à sa blouse comme une araignée s’agripperait à son propre fil en espérant ne pas le lâcher, pour ensuite tisser lentement sa toile avec ce propre fil.

- Je vous en prie, ne me laissez pas… seul ici.

Il avait presque l’air de quelqu’un de perdu, d’abandonné, et c’est ce sentiment qu’il sentait en ce moment même. Il commençait même à ressentir de la colère envers Claude qui mettait bien plus de temps à venir que prévu. De toute manière pour le moment, c’était cet homme avec les cheveux en bataille qui lui semblait bien plus intéressant avec qui il voulait rester là tout de suite. Il ne savait pas si l’attendrir allait servir à quelque chose, mais des larmes qui montaient aux yeux, ça pouvait toujours servir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avatar : Othello
Age du Personnage : 25 ans
Race : Shinigami
Genre : Masculin
Orientation sexuelle : Pan
Métier : Membre de la division Médico-légale
Messages : 101
Date d'inscription : 05/11/2017
Ven 9 Nov - 12:28
Voir le profil de l'utilisateur
Aloïs & OthelloOf course ♥️

La Terre. Ca faisait depuis combien de temps que t’avais plus mis un seul pied ici, franchement. T’avais l’impression que c’était hier, quand t’y avais repensé. Après tout, 50 ans dans une vie de Shinigami ce n’était absolument rien. Mais t’avais oublié que les Humains, ils étaient pas si cons que ça en fait. Et qu’ils évoluaient eux aussi. T’avais presque pas reconnu Londres. Il y avait des choses dont t’ignorais même le nom. Et que tu ne pensais ne jamais voir. Bon. Ce n’était pas non plus comme si les tapis s’étaient mis à voler hein, mais quand même. Malgré la saleté que pouvaient avoir certains quartiers, t’étais totalement fasciné. Un peu trop même ?

T’étais pas spécialement censé être là, hein. D’habitude, vous vous déplaciez en paire. Au moins. Paraissait que l’union faisait la force, et dans ton cas, tu l’aurais un peu mal si un quelconque démon décidait de s’incruster là tout de suite et de s’en prendre à toi. Quoique, il lui faudrait peut-être un peu plus de temps pour te repérer. Paraissait que pour eux, vous puiez la Mort. Toujours sympathique à entendre. Mais vu que tu ne fauchais pas spécialement les gens, t’osait imaginer que t’échappais à cette règle en fait. Au moins un minimum. Soit. Sinon y avait un truc magique, qui s’appelait la fuite. Ca tu savais faire. Donc t’avais quand même pas mal confiance. Et tu te promenais, tes gardes baissées.

Peut-être qu’on allait te réprimander. Mais tu pourrais répondre que t’étais là pour tâter le terrain. Te familiariser un peu avec ça, et surtout prendre déjà des notes. Mentales, mais t’en prenais. T’avais pas besoin de papier. A quoi bon. T’allais juste réussir à le perdre ou te le faire voler hein en fait. Donc tant que ça voulait bien rester imprégné le temps que tu rentres, tout irait bien. A la perfection. Tu ne savais pas trop comment, pourquoi, t’étais arrivé dans cette ru-

Oui, bon tu savais parfaitement pourquoi, ducon. C’était ton ancien immeuble. Pris de nostalgie ? Tu l’aurais pensé, vraiment. Mais il n’en était presque rien. Tu le fixais, mais tu ne le reconnaissais pas plus que ça. Ils avaient changés pas mal de trucs. Au point que t’hésitais entre deux fenêtres. Comme quoi tout pouvait devenir éphémère. Et ce n’était pas plus mal. Soit, t’avais été sorti de tes pensées, quelqu’un venait de s’agripper à ta veste, ce qui t’avais un peu surpris, et t’avais commencé à soupirer, en te disant que ça allait encore être un plouc qui venait te rechercher pour te ramener à la Dispa-h bah non. Tu ne l’avais jamais vu cet humain, enfant ? Adolescent ? Aucune idée. Mais il avait l’air assez intriguant. Son aura, sans d-Ah si il se mettait à pleurer il allait plus être fascinant dU TOUT. Heureusement il ne pleurait pas encore, il avait juste les larmes aux yeux, mais quand même.

« ▬ Eh…Tu t’es perdu ? T’as laissé ta famille plus loin ? Tu veux qu’on aille la rechercher ? »

T’avais levé une de tes mains pour te la passer dans les cheveux. Ca pouvait peut-être passer pour de la gentillesse, mais t’avais aucune putain d’idée de quoi faire actuellement. A part éviter qu’il ne se mette à pleurer, oui.


©️ YOU_COMPLETE_MESS

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: