:: La création d'une histoire :: Présentation :: Présentations Validées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
I would commit any sin if it would allow me to share your pain. || Eric ]100%]
avatar
Avatar : Eric Slingby | Kuroshitsuji
Messages : 2
Date d'inscription : 02/01/2019
Mer 2 Jan - 0:10
Voir le profil de l'utilisateur

Eric Slingby

Get lost.

Nom ; Slingby
Prénom ; Eric
Surnom ; Ntm.
Avatar ; Eric Slingby || Kuroshitsuji ( wouaw)
Age/Date de décès ; 31 ans
Race ; Shinigami
Origine ; Ecossaise
Orientation sexuelle ; Hétéro ( Bi refoulé bjr)
Classe Sociale ; Dtc
Métier ; Faucheur

Votre personnage est-il inspiré d'un personnage victorien ? Si oui, de qui ? ; Non !

Caractère ;
T’as toujours eu un comportement un peu explosif. La moindre remarque, le moindre truc dans ton chemin. T’élèves la voix, c’est plus fort que toi. Peut-être que tu ne t’en rends même plus compte, c’est presque devenu habituel. Faut bien que tu fasses usage de ton bottin d’insultes, plus fleuries les unes que les autres. Les seuls mots que tu daignes bien articuler. Histoire que l’autre trou du cul comprenne bien qu’il t’emmerde, et non pas que tu te baladais juste à côté de lui joyeusement.

Même si tu passes pas mal de temps à tirer la gueule, et à contredire n’importe quoi, à la moindre occasion, ce n’est pas pour ça que tu ne sais pas t’amuser, en fait. C’est un peu tout ou rien. T’aimes pas quand c’est flou, t’as pas envie de chercher à comprendre si une personne est sympa ou non, si une action est bonne ou non. Alors tu simplifies pour les autres, et pour toi-même. Ce qui fait que t’as tendance à faire des raccourcis de temps à autres. Oui. Mais c’est pas si grave que ça, t’as pas tant peur que ça de l’avis des autres de toute manière.

Nah, t’as plutôt peur de t’attacher aux personnes. Y a quelques élus, certes, mais ils ont un peu venus malgré toi. Tu vas pas chercher à te faire haïr d’eux non plus maintenant, faire des conneries c’est quand même nettement plus amusant lorsqu’on est plusieurs. T’as jamais été quelqu’un qui respectais beaucoup les règles, c’est vrai. En fait, tu t’amuses à chercher les limites bien souvent. Les pousser jusqu’au bout, puis quand ça sent trop le roussi, t’arrête et tu cherches quelque chose. T’as peut-être été suicidaire, mais ça, c’est passé. T’as pris en confiance. Un peu trop. Tu sais ce que tu veux, et ce que tu vaux. Tu sais te mettre en avant. T’hésites pas à te lancer des fleurs quand il le faut. Pas constamment non plus, ce serait un peu trop chiant.

Tu te dis courageux, mais est-ce que tu l’es vraiment ? T’as tendance à fuir sur certains points. C’est pas pour rien que tu multiplies souvent les verres et les conquêtes d’un soir. Tu cherches de la légèreté, juste pour pouvoir fuir une bonne partie de tes responsabilités.  Même si ça t’arrive de te prendre en main. Par exemple, sur le terrain. T’as aucun souci là. T’y es consciencieux. T’en ferais presque même trop. Parce que t’as aucun état d’âme envers qui que ce soit. Même si l’un de ces humains aurait été ta mère, ton père, ton frère, t’en aurais strictement rien eu à foutre.

T’es pas une personne spécialement patiente. T’as besoin que ça bouge autour de toi, d’être dans le feu de l’action, attirer l’attention à ta manière. T’aimes pas non plus recevoir des ordres de qui que ce soit, et généralement, plus on te dit quelque chose, plus ça te poussera à ne pas le faire. T’es pas un chien non plus.

Taille ; 1m89 / Corpulence ; Armoire à glace / Cheveux ; Brun de base, ils ne le sont plus que du côté droit, tressés, le reste est teint en blond, le tout ondulé / Autres ; Des boucles d’oreilles, des lunettes légèrement teintées, une légère barbe, un habillement décontracté, une chaînette allant de la ceinture (blanche) à la poche, ainsi qu’autour du cou. Des gants noir, une chemise jamais fermée, et une scie en guise de faux de la mort.


Questionnaire ;

Quel est l'objectif de votre personnage dans la vie ? ;
T’en as un peu rien à foutre de la vie. Jusqu’à il y a quelques temps, ton unique pseudo-but était d’emmerder les gens qui avaient le malheur d’avoir une tête qui ne te revenait pas. Ca l’est toujours d’ailleurs, mais t’en as un plus grand, meilleur aussi mine de rien. Celui d’essayer de libérer Alan de ces putains d’épines de la mort, quitte à transgresser les règlements.

Quel est l'avis de votre personnage concernant les Revenants ? ;
C’est de la merde, fin.

Plus sérieusement, c’est chiant. Ca te laisse moins de temps libre, un temps précieux pendant lequel tu pourrais rechercher un autre type d’âme, beaucoup plus pure. Et même sans ça, ça t’aurais saoulé de devoir t’occuper de ce truc, plutôt que de possiblement passer du bon temps autre part.

Si votre personnage pouvait faire un pacte, le ferait-il ? Si oui, pourquoi ? ;
Certainement pas. T’as trop de fierté que pour faire ça. Tu sais te débrouiller par toi-même, tu t’en donne les moyens, quitte à crever la bouche ouverte en le faisant. Tu t’abaisserais pas non plus à être aussi proche d’une de ces sales bêtes.

(Pour les shinigamis et les revenants) Comment est mort votre personnage ? ;
Faut croire que t’était déjà adepte du concept de faire chier le plus de gens possible. T’aurais pu choisir de te faire mourir chez toi, tranquillement, sans gêner le monde. Plutôt que de délibérément aller te mettre sur la route, sous une carriole en particulier.


Son passé ;
Les Slingby, une belle petite famille écossaise en apparence. Très calme, platement normale aussi. Chose qui ne t’allait pas. T’avait envie d’action, de bouger de ce quartier pourri. De cette maison aussi. Tu passais plus de temps d’ailleurs dehors qu’à l’intérieur, peut importait le temps. Tu partais tôt le matin, relativement propre et tu revenais le soir en ayant l’air d’avoir vécu la guerre, à force de courir un peu partout dans la forêt non loin de chez toi, de t’amuser dans les ruisseaux jusqu’à en être gelé. Tu tombais malade une bonne partie de l’année, mais ça ne t’empêchais pas de continuer de sortir pour autant. Loin de là.

T’avais essayé à plusieurs reprises d’amener ton grand frère avec toi, mais apparement t’aider à monter ta cabane, ou même juste venir la voir ne le passionnait absolument pas. Il préférait aller lécher les bottes des parents, ce traître. Ou alors il aimait juste rester à l’intérieur. Traître quand même. T’en avais strictement rien à caler des études, tu rendais rien, ou presque, tu ne cherchais même pas d’excuses, outre que t’avais autre chose à foutre que de perdre du temps à ça. T’avais pas mal galéré pour en sortir. T’as même abandonné dès que t’as pu, pour directement travailler. T’avais peut-être pas de diplôme, ton écriture laissait à désirer, la lecture ça allait encore, mais tu savais te servir de tes mains au moins.

T’avais fini par trouver un travail dans une scierie, ça payait pas de mine, mais ça payait quand même un peu. T’y avais trouvé un train de vie qui te convenait. Jusqu’à ce que tu ne découvres le milieu de la nuit. T’as jamais su te mettre des limites. Quand tu t’amuses, tu le fais à fond, jusqu’à ce que tu sois totalement crevé. Combien de fois t’es pas arrivé avec la tête dans le cul. Tu t’étais fait reprendre au moins une dizaine de fois, avant qu’on te dégage, tout simplement. T’avais rien dit. Parce que, t’étais conscient que c’était entièrement de ta faute, oui.

Tu t’étais dit que ce serait facile de trouver autre chose, sauf que le village était pas si grand que ça. Que les gens parlaient entre eux, et que malgré toi tu t’étais déjà fait une réputation. Alors quand ton frère avait déménagé pour aller dans une plus grande ville, où il comptait bien devenir banquier, t’avait sauté sur l’occasion, et tu l’avais accompagné.  Vous partagiez un appartement, et pour pouvoir payer ta part t’avais commencé par vendre des journaux dans la rue.  T’avais jamais été plus loin que ça en fait. T’avais beau essayer de passer des entretiens pour tout et n’importe quoi, mais t’étais toujours recalé. T’y mettais de moins en moins du tiens, ce que tu peinais à gagner, tu y mettais au moins la moitié dans de l’alcool, t’ignorais les remontrances de ton frère, ainsi que ses menaces si tu continuais sur cette voie-là. De toute manière, il aurait jamais le courage de te foutre à la porte.

Enfin c’était ce que tu pensais. Mais t’aurais pas pensé non plus qu’un jour, t’aurais une altercation un peu trop violente avec un client. Surtout pour pas grand-chose.  Il t’avait un peu mal parlé, oui. Pas une raison pour l’insulter. Vous en étiez venus aux poings. Et tu t’étais retrouvé à la porte sans grande surprise.  A la porte et sans plus aucune motivation pour te bouger le cul non plus. Petit à petit la flemme était bel et bien arrivée, et tu t’étais englué dans une routine vraiment peu intéressante. Qui consistait à rester enfermé les trois quart de ton temps.  Les menaces de ton frère se multipliaient, jusqu’au jour où il les mis vraiment à exécution. D’un coup, c’était moins drôle hein, de se retrouver à la rue, avec juste quelques affaires.

T’avais dépensé les derniers billets qui te restaient en un rien de temps. Et tu t’étais retrouvé dans une impasse. Sans savoir quoi faire. Y avait pas trente six mille solutions. Vu l’état dans lequel t’étais, y en avait qu’une que t’avais retenue. Elle était simple, elle arrangerait tout le monde, pour le peu de personnes qui se préoccupaient de toi, oui. T’avais pratiquement pas hésité ce soir-là. T’as juste regretté d’avoir été assez con pour ne pas choisir un moyen plus rapide et moins douloureux pour te suicider. Ceci dit malgré la douleur, t’étais content que tout se finisse enfin.

Plus grosse blague et déception de ta vie surtout, oui. Tu n’avais rien voulu savoir au début sur ces conneries de punition divine, ou tu ne savais quoi. Juste une excuse pour encore te faire chier surtout, oui. Mais t’avais bien dû t’y faire quand même. Parce que t’avais pas le choix. T’avais passé ce putain de test, où t’avais bien cru étrangler ton binôme au passage, mais vous l’aviez réussi. T’avais pu avoir ta Faux. Une scie, comme si le foutage de gueule était pas assez grand. Mais au moins, tu savais l’utiliser. Tu sais pas depuis combien de temps t’es là, mais beaucoup trop longtemps à ton goût. Tu sais bien que ça ne risque pas de cesser. Mais un jour, quelque chose changea. Un jour on te convoqua, non pas pour te dire que il serait temps que tu remplisses correctement les dossiers, et que ce serait bien que tu fasses un effort sur l’orthographe, mais pour te passer au rang de formateur.

Traduction, on te collait un boulet dans les pattes, et on te prenait pour une baby-sitter.

Génial.

Ta tendre et douce voix avait une nouvelle fois explosé au beau milieu des couloirs, mais ça n’avait rien changé. T’allais t’occuper d’un nouveau que t’avais absolument jamais rencontré. Alan, Alan Humphries. Tu t’étais résigné à faire ça avec le moins de motivation possible au départ. Tu ne t’étais pas attendu à le connaître. Pas aussi bien que ça. Il t’avait intrigué. Il t’avait touché à sa manière aussi. Vous aviez des points de vue extrêmement différents, sur tout.  Il prenait plus en considération la vie des gens. Entre autre. Et t’avais pas tardé à t’attacher à lui. Encore plus quand tu t’es rendu compte qu’il n’était pas comme tout le monde. Cette maladie. Cette putain de maladie. T’en avais jamais entendu parler avant qu’il ne le fasse. C’était bien de te faire un pote, et de trouver le seul qui allait crever. Bon, c’était pas la seule raison, non.Mais, étonnant, ça t’avait encore saoulé. Plus que tout même. Tu t’étais même bougé le cul pour essayer de trouver quelque chose à faire pour l’aider. Durant des heures. Même plus. T’as juste trouvé une légende. Rien de plus incertain. Et qui te demandait d’enfreindre des règles, pas juste un peu. Ce qui ne t’avait franchement pas posé problème. T’allais pas le laisser tomber juste pour ça. Tu savais ce que tu risquais en commençant. Qu’il fallait que tu sois extrêmement discret. Pas totalement ta spécialité. Surtout que 1000 âmes, pures qui plus est, ne se ramassent pas en un rien de temps. Surtout si tu ne veux pas attirer l’attention.

Serait-ce un double compte ? Je crois bien que oui. Ceux qui m’ont pas reconnu, bah jsp faites votre vie :( .


Halloween
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avatar : Ciel Phantomhive
Age du Personnage : 13 ans
Race : Humain
Genre : Masculin
Rang Social : Noble
Métier : Aristocrate
Messages : 63
Date d'inscription : 05/11/2017
Mar 8 Jan - 18:29
Voir le profil de l'utilisateur

Tu es validé !

Amuse-toi bien sur le forum !

BONJOUR.
Non, je ne viens pas tout juste de comprendre que tu attendais que quelqu'un te valide. Communication/20
Comme je l'ai déjà mentionné, je suis une bille concernant la comédie, mais ton Eric est classe donc voilà, il mérite d'être validé.

Tu peux donc aller te recenser dans le bottin des avatars (tu sais très bien où il est). Et aussi dire qu'Eric n'est plus dispo dans les prédef Shini~
Amuses-toi bien avec ton nouveau Shini ♥️

_________________


Merci Willy <3
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: