:: La création d'une histoire :: Présentation Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Leopold d'Albany
avatar
Avatar : Dorian Pavus
Age du Personnage : 31 ans
Race : Revenant
Genre : Homme
Orientation sexuelle : Hétéro
Rang Social : Prince
Métier : --
Fiche de Présentation :
Messages : 2
Date d'inscription : 10/01/2019
Jeu 10 Jan - 11:09
Voir le profil de l'utilisateur

Leopold d'Albany

Words & Ideas can change the world

Nom ; de Saxe-Cobourg-Gotha
Prénom ; Leopold
Surnom ; Leo
Avatar ; Dorian Pavus
Age/Date de décès ; Décédé le 28 mars 1884 à 30 ans
Race ; Humain (Revenant)
Origine ; Londres
Orientation sexuelle ; Hétéro
Classe Sociale ; Noble
Métier ; Prince

Votre personnage est-il inspiré d'un personnage victorien ? Si oui, de qui ? ;Oui du dernier fils de Victoria, Leopold d'Albany lui-même. On ne le connait pas beaucoup parce qu'il est mort des conséquences de sa maladie, mais je l'ai découvert il y a quelques années, et du coup je trouve qu'il se prêtait assez au contexte avec les revenants.

Caractère ; Leopold se définit d'autant plus dans sa personnalité que dans son apparence, cette dernière étant pour la moins des plus communes pour un gentleman du XIXème siècle.

Il possède en effet des idées et des objectifs pour le moins avant-gardiste pour son temps, et il n'est pas toujours en accord avec les principes et les lois qui régissent ce monde. Ce qui fait de lui un réel novateur même si légèrement utopiste. Il est pourtant d'une courtoisie et d'une politesse à toute épreuve. Et même si quelqu'un lui manque de respect, il s'en montrera que plus aimable encore pour montrer que cela lui passe au-dessus de la tête. Ce qui n'est pourtant pas toujours vrai.

Pour certaines personnes qui le connaîtraient très mal, on pourrait le penser très snob, surtout par ses origines et son ancien rang, mais c'est tout à fait le contraire. Leopold est quelqu'un de profondément humble, surtout très social, il est d'une énergie et d'une influence très positive pour les gens qui l'acceptent dans leur entourage. Son charisme naturel, sa rayonnance et son côté entreprenant fait de lui quelqu'un de très abordable et agréable à vivre. Même si au fond, il a aussi besoin du regard des autres pour se plaire, et qu'il en est devenu très dépendant.

Malgré son air sûr de lui, en réalité se cache quelqu'un qui est plongé dans le doute et qui se remet toujours en question. Il s'interroge régulièrement sur l'avenir du monde, et sur pourquoi les choses sont ainsi et comment elles pourraient évoluer. Il faut dire que cet homme est davantage un intellectuel que manuel de base, et que grâce à son éducation riche, il a pu développer un sens critique à toute épreuve. Leopold est pourtant quelqu'un de pleinement passionné, qui adore apprendre, et surtout c'est un adorateur d'Art sous toutes ses formes.

C'est quelqu'un qui est aussi très ambitieux et qui adore relever les défis. Voire qui est beaucoup trop aventureux, et qui prend parfois des risques inconsidérés. Malgré sa réflexion, il reste du genre à foncer tête baissée plutôt que de trop réfléchir quand il faut agir réellement. Surtout en cas de danger.

La responsabilité, la prise de décision ne sont pas du genre à l'effrayer. C'est un leader né, bien qu'il sache parfaitement aussi prendre le rôle de l’exécutant et de l'élève attentif. Il sait parfaitement s'adapter à l'environnement et au panel de gens qui pourrait se trouver en face de lui. Leopold est très exigeant avec lui-même, sans pour autant l'être avec les autres.

Mais malgré sa spontanéité, son assiduité dans le travail et son courage, Leopold peut aussi se montrer parfois impatient et impulsifs, et qui n'arrivera sans doute que très peu à s'engager sur un plan relationnel à long terme. Sa plus grande faiblesse reste sa peur viscérale de quitter ce monde beaucoup trop tôt qu'il ne le voudrait, l'encourageant à tout faire pour obtenir ce qu'il veut. Sans compter qu'il adore profiter de la vie sous tout ses aspects, s'abandonnant aussi souvent par un peu trop de sensualité et frivolité.

Taille ; 1,78m / Corpulence ; 67,2 kg / Cheveux ; noirs et cours / Autres ; yeux clairs - grain de beauté dans le coin de l'œil droit - pilosité : moustache et léger bouc sous la lèvre inférieure - voix Mezzo-soprano accent typiquement anglais


Questionnaire ;

Quel est l'objectif de votre personnage dans la vie ? ; Étant donné qu'il n'a pas vécu pleinement comme il l'aurait voulu, il compte bien rattraper tout ce qu'on lui a interdit de faire dans celle-ci. Parce qu'il estime ne pas avoir mérité de mourir à cause d'une maladie de sang.

Quel est l'avis de votre personnage concernant les Revenants ? ;
Étant lui-même un revenant, il trouve que c'est une chance inestimable de pouvoir vivre une seconde fois, lui-même estimant être parti trop tôt, sans que ce ne soit à cause d'un mauvais comportement. Une injustice pouvant être réparée, il ne va bien sûr pas cracher dessus.

Si votre personnage pouvait faire un pacte, le ferait-il ? Si oui, pourquoi ? ;
Non

(Pour les shinigamis et les revenants) Comment est mort votre personnage ? ;
Leopold est décédé suite à une blessure dont il ne pu jamais guérir à cause de sa maladie.

Son passé ;
13h15, 7 avril 1853 : La Reine Victoria accouche enfin de son huitième enfant, et de son quatrième fils. Né à terme, la duchesse de Kent, sa grand-mère, remarque néanmoins rapidement une anomalie chez le bébé. Il semble beaucoup plus petit que le précédent. Beaucoup plus fragile. Deux jours plus tard, l'enfant est malade. La nourrice est rapidement remplacée, croyant simplement à un problème de digestion du lait. Ils étaient encore loin d'imaginer, qu'en réalité le petit prince portait en son sein la « maladie royale » : l’hémophilie. L'enfant fut baptisé le 20 juin, date anniversaire du couronnement de la reine, Leopold George Duncan Albert.

Alors que l'enfant grandit, et bien qu'il soit d'une vivacité et d'une tendresse affective malgré le fait que Victoria avait une préférence notable pour son frère Arthur, les problèmes commençaient déjà à apparaître alors qu'il n'avait que deux ans. L'enfant était très fragile des jambes, et des hématomes apparaissaient régulièrement sur son corps. Mettant cela au compte qu'il était maladroit et très mal élevé, Victoria montra souvent de l'impatience et une certaine irritabilité. Finalement, alors qu'il avait cinq ans, Leopold tomba et se coupa le genou. Bien que la coupure soit très superficielle, le sang ne s'arrêta plus de couler et les parents royaux en furent très inquiets. Les médecins n'avaient aucun remède ni aucune solution à proposer. L'avenir de Leopold s'annonçait sombre... il ne pourrait jamais rentrer dans le service actif et faire ses classes militaires. N'héritant non plus d'aucun titre, étant le quatrième fils, et n'étant pas amené à régner un jour, c'est là que Victoria prit conscience de la maladie de son fils. Le diagnostic se posa donc rapidement par les médecins : l’hémophilie, maladie déjà reconnue officiellement à l'époque.

L'enfance de Leopold ne fut pas celle de ses frères et soeurs. C'était un enfant très actif, et beaucoup trop téméraire, il était souvent réprimandé pour jouer sans faire attention, et son éducation fut ponctuée de réprimandes pour qu'il ne puisse se blesser en jouant. On lui disait qu'il était malade et qu'il devait faire attention. Mais lui ne voulait pas se priver d’une vie différente des autres. À ses 8 ans, ses reins commencèrent à saigner, et il urina du sang. Il fut alité pendant très longtemps.

Peu après le décès de son père, alors qu'ils étaient en voyage à Coburg avec sa mère et ses frères et soeurs, il trouva le moyen de se couper le palais avec une plume. Et encore une fois, la plaie ne cessa de saigner, et il perdit énormément de sang.

Leopold grandit, toujours désavantagé par rapport au reste des enfants, entre plusieurs crises. Rapidement, il eut aussi des crises d'épilepsie. Ce fut la goutte de trop pour Victoria, qui lui refusa toutes sorties, de peur de le perdre, mais aussi pour lui apprendre à rester calme et d'arrêter d'être trop agité et aventurier. Il dut alors se plonger dans les livres, et apprendre tout du monde extérieur, à défaut de pouvoir y aller lui-même.

À dix-huit ans, Leopold était un garçon très intelligent, maîtrisant déjà le latin et le grec, qui adorait Shakespeare, la peinture et les arts. Il savait jouer du piano, de la flûte et de l'harmonium. Il adorait aussi la science. Robert Collins était chargé de son éducation. Il était très difficile, car il s'était déjà forgé des opinions, différentes de la plupart de la noblesse, pourtant, ils devinrent rapidement plus amis qu'élève/professeur, et adorait converser et philosopher.

Leopold ne rêvait que d'une chose depuis des années : étudier à Oxford. Beaucoup savaient dans son entourage, mais il n'avait pas le courage de le demander à sa mère, car il savait qu'elle voudrait le protéger coûte que coûte à cause de sa maladie. Il n’avait pas fait de crise depuis un bout de temps. Il souffrait énormément de ne pouvoir faire de service militaire, de ne pas apparaître en public et surtout de ne pouvoir participer à des bals et soirées mondaines.

Alors il mit finalement par écrit ses motivations et ses envies à sa mère, qu'il lui fit parvenir. Sa mère refusa catégoriquement, lui signalant qu'il se croyait plus fort qu'il ne l'était. Et au lieu de lui parler de vive voix devant elle et risquer un accord forcé de sa mère (c'est en effet ce qu'elle craignait.), il lui écrivit à nouveau, lui expliquant que jamais il ne la forcerait, qu'il voulait simplement lui signaler son désir, car sa santé semblait s'améliorer. Finalement, la reine consulta le doyen de Windsor qui ce dernier suggéra qu'il était mieux pour Leopold d'aller étudier à Oxford. Les conditions furent pourtant strictes : il ne pourra participer à des clubs. Il ne pourra pas assister à la prière collective à la chapelle. Il n'aura pas le droit d'aller à des dîners et fête, mais il pourra inviter des gens triés sur le volet. Quand la reine sera là pour le voir, il devra la rejoindre aussitôt. Et il devra se montrer libre à rentrer sur-le-champ quand elle lui demandera. Ainsi quand sa mère ira en Ecosse, il devra s'y rendre avec elle. Malgré toutes ses restrictions, il fut heureux d'accepter. Elle le mit une dernière fois en garde, qu'il y allait pour étudier et non s'amuser (car elle ne connaissait que trop bien les désirs de son fils).

Une nouvelle vie s'ouvrait alors pour lui en 1872, où il devint membre de l'université Christ Church à Oxford. Leopold rencontra énormément de gens là-bas qui influencèrent sa vie.

Notamment John Ruskin. John était écrivain, critique d'art, économiste et sociologue, mais aussi le professeur d'Art de Leopold. John était très en avance sur son temps, il souhaitait transformer la vie des gens ordinaires à travers l'art et à travers son enseignement. Ils devinrent rapidement amis, ce qui lui permit d'apprendre énormément. Leopold devint également ami avec le doyen de l'université, le révérend Henry George Liddell, ainsi qu'avec le restant de sa famille. Le doyen Liddell avait 5 filles, dont Alice. Il passa beaucoup de temps avec elles, et petit à petit, dû s'avouer qu'il tombât amoureux de Alice. Peut-être parce qu'elle lui ressemblait beaucoup de caractère, comme l'a si bien dépeint son ami et professeur Charles Dogson (alias Lewis Carroll) dans son œuvre Alice in Wonderland. C'était d'ailleurs Charles, qui avait donné envie à Leopold d'aller à Oxford en premier lieu. Il était content de pouvoir retrouver à présent son ami et de partager avec lui des moments aussi enrichissants qu'amusants. Finalement, empli de connaissances diverses et très studieux, il obtint un doctorat en droit civil.

Puis vint le temps des romances. Les vraies. Les sérieuses. Mais Leopold n'eut au final jamais de chance non plus de ce côté-là. Il tomba amoureux de la princesse Frederica de Hanovre, et souhaita même l'épouser. Mais cette dernière était surtout amoureuse du secrétaire privé de son père. Il n'osa donc pas faire sa demande, de peur d'être rejeté. Elle resta cependant une grande amie pour lui. C'est ensuite qu'il tomba amoureux de Alma Breadalbane, qui était alors entourée d'une troupe d'adorateur... Leopold tomba aussi sous son charme. Mais alors qu'une rumeur circula qu'ils étaient en relation, elle coupa totalement les ponts, et il fut très attristé de cette soudaine indifférence...  Il était aussi admirateur de Lillie Langtry, mais cette dernière devint la maîtresse de son frère ... Toutes ses relations amoureuses furent soldées par un échec.

À sa sortie d'Oxford, Leopold rentra à la capitale et aida sa mère à entretenir sa correspondance privée. Finalement en 1876, elle décida de l'impliquer dans le travail officiel, et prépara lui-même les brouillons des réponses des lettres. Travaillant avec sa mère, leur relation s'améliora. Leopold était reconnaissant que sa mère avait accepté ses études, et elle reconnaissante qu'il avait respecté leur contrat. Il n'avait fait aucune mauvaise fréquentation, et n'avait eu aucun incident

Finalement, sa mère lui proposa de travailler avec le Premier ministre britannique, Lord Beaconsfield, et lui donna les clefs du cabinet où reposait les documents officiels. Il commença à travailler, et c'est durant ce travail qu'il put apprendre les faces cachées de la royauté... parmi les documents officiels, reposaient aussi des documents top-secret, dont le peuple n'avait pas idée...

Il se tint de faire des remarques, ou de demander quoi que ce soit, mais son regard sur sa propre famille changea à ce moment-là. Il avait connaissance de chose nouvelle qui le dégoûta du milieu où il était ... et commença à se demander qui il pouvait faire confiance. Ses crises recommencèrent à ce moment, au grand damne de sa famille entière.


Dans cette remise en question, Leopold sentit qu'il devait acquérir de l'indépendance, et s'éloigner petit à petit de l'ambiance familiale et des secrets terrible que sa mère souveraine conservait. Tous ses frères et sœurs avaient des titres, et étaient mariés. Beaucoup de candidates furent choisies par la famille, mais finalement, rien n'aboutit. Qui voudrait d'un homme hémophile et épileptique.

Il lui fallut deux ans pour finalement trouver un parti, et épousa Hélène de Waldeck-Pyrmont. Hélène avait vingt ans. Avant leur mariage, ils eurent beaucoup de temps à passer ensemble, et finalement Leopold et elle tombèrent amoureux. Le jour de son mariage, Leopold dut se rendre à l'autel avec une canne, à cause d’un énième accident.

Le 25 février 1883, naquit sa fille Alice. Il fut soulagé de savoir qu'elle n'avait pas hérité de sa maladie. Cela aurait été beaucoup trop lourd à porter pour elle. La famille s'installa à Claremont. Leopold consacra son temps à éduquer sa fille, jouant avec elle, la poussait dans une voiturette, jouait du piano. Leopold acquit les titres tant voulu en devenant comte, et put un temps se couper du reste du monde pour vivre dans le bonheur de son foyer.

Mais les problèmes ne tardèrent pas à arriver de nouveau. Leopold fit de nombreux cauchemars. D'horribles crises d'angoisse lui venaient parfois même en pleine journée. Il avait extrêmement peur de mourir.

Février 1884, alors que sa femme était enceinte à nouveau, il se rendit à Cannes avec elle. Sa mort arriva trop vite. Leopold trébucha sur un plancher de tuile chez ses amis. Le genou meurtri, il savait que cette chute aurait des conséquences. Son état ne s’améliora jamais.

Il fut déclaré officiellement décédé dans la soirée, et on envoya une lettre à la reine Victoria. Les obsèques se déroulèrent quelques jours plus tard à la chapelle Saint-Georges du château de Windsor.

Revenir à la vie, même s'il ne se souvient pas trop ce qu'il s'est passé exactement, est pour lui une seconde chance inestimable, pour rattraper tout ce qu'il n'a pas pu vivre avant, maintenant qu'il est guéri de sa maladie. Il n'est pas retourné vers sa famille, même si quelque part, il meurt d'envie de revoir ses enfants, surtout son fils qu'il n'a jamais connu. Les conséquences pour la reine elle-même serait terribles, même s'il se souvient être en froid avec elle ... alors pour le moment, vivre caché, et suivre les conseils de Undertaker sont le important.

Ohohoh c'est moi le lutin de noel /SBAFF/ bon au final je me suis décidé pour un perso ET victorien ET un revenant. Comme ça double combo. Parce que moi aussi j'adore l'époque victorienne. Et cepersosoyeux.


Halloween
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avatar : Ciel Phantomhive
Age du Personnage : 13 ans
Race : Humain
Genre : Masculin
Rang Social : Noble
Métier : Aristocrate
Messages : 63
Date d'inscription : 05/11/2017
Jeu 10 Jan - 13:12
Voir le profil de l'utilisateur
BIENVENUE !!

je me demandais justement où était passé le lutin de noël, et te voilà ! avec un gros boom en plus!
ce perso... ohlala
je sens le bordel arriver à une vitesse grand V.
le fils de victoria quoi aaaaa

j'ai hâte de voir ce que tu vas en faire !!


Courage pour ta présentation ♥️

_________________


Merci Willy <3
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Avatar : Ronald Knox (duh)
Age du Personnage : 20 ans
Race : Shinigami
Genre : Masuclin
Orientation sexuelle : Hétéro (mais parfois non)
Métier : Faucheur
Messages : 29
Date d'inscription : 06/11/2017
Jeu 10 Jan - 21:38
Voir le profil de l'utilisateur
Cet avatar et ce choix de personnage, je dis oui. Comme Ciel dit : j'ai hâte de voir ce que tu vas faire de ce monsieur !

Bon courage pour ta fiche !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers: